5 choses que j’aurais aimé savoir avant de partir

Femme de dos regardant le tableau des vols départ

Voilà nous y sommes… Cela fait aujourd’hui un an que nous avons quitté la France pour venir vivre en Malaisie. Beaucoup de choses se sont passés durant cette année et en même temps, c’est passé tellement vite ! J’ai l’impression que c’était hier. Il nous a fallu tout réapprendre : nouvelle culture, nouvelle langue, nouveau logement, nouvelles écoles, nouveaux jobs, nouvel entourage. Un sacré challenge, un chemin parsemé de bonnes surprises mais aussi d’imprévus, de déception et de coups durs.

Avec le recul, j’ai réalisé les choses que j’aurais aimé savoir avant de quitter la France et j’ai donc souhaité vous les partager via cet article.

1. Préparez-vous à gérer les « tragédies » à distance

Avant de partir, il est important d’intégrer que nous ne reverrons pas nos proches de sitôt (à moins d’en avoir les moyens et le temps). Un aller/retour Kuala Lumpur – Paris coûte en moyenne 600 euros par personne et dure entre 15h et 25h. De ce fait, les coups durs doivent être gérés à distance.

Même si grâce aux technologies, on peut maintenant parler facilement par téléphone ou visioconférence (malgré le décalage horaire de 6/7h). Ces coups de fil hachés de mauvaise qualité ne remplaceront jamais une bonne conversation au coin du feu ou un câlin réconfortant de votre maman !💔

fille triste

Sachez qu’il y aura des moments difficiles où vous aimeriez pouvoir parler à vos proches ou juste être avec eux lors de tragédies familiales par exemple, et que ce ne sera tout simplement pas possible. 😩

2. Faîtes le bon choix du logement

boites de déménagement

Effectivement, vous n’aurez peut-être pas l’occasion de changer avant un moment. Si en France, le préavis d’un logement peut varier entre 1 et 3 mois, en Malaisie c’est différent.

Le marché de l’immobilier protège les propriétaires plus que les locataires. Lors de la signature du bail, les locataires s’engagent à rester dans le logement pendant une durée déterminée par le bail. Cette durée est en général de 1 an, reconduite ensuite à 1 an supplémentaire. Elle peut aussi être de 2 ans reconduite de 1 an.

Si le locataire part plus tôt que prévu, il doit régler la totalité des loyers couvrant la période prévue initialement par le bail. 😱 Il est donc indispensable d’avoir cette loi en tête avant de choisir votre logement car une fois que vous y serez, vous devrez y rester au moins 1 an !

3. Ne soyez pas trop sensible aux conditions environnementales

La Malaisie n’est pas un modèle en matière de sensibilité aux problématiques environnementales. Vous verrez souvent des magasins climatisés à fond avec la porte grande ouverte ou des plages magnifiques recouvertes de déchets. Une espèce de brume ambiante s'intégrera dans le paysage quelques semaines dans l'année dû à la pollution de l’air (voir l’article sur le Haze).

Dans les supermarchés, les fruits et légumes sont tous enrobés de plastique et à la caisse on vous délivrera avec un grand sourire tous les plastiques que vous désirez gratuitement. « Marcher » ou « se balader à pied » ne fait pas partie du vocabulaire du Malaisien. Il préférera prendre sa voiture pour faire 200 mètres (toujours climatisée à fond bien sûr). Et puis de toutes façons, le peu de trottoirs existants est tellement en mauvais état qu’il n’a pas le choix ! Voir l'article Kuala Lumpur n’aime pas le piéton.

Déchets sur une plage des Perhentian en Malaisie

Plage des iles Perhentian en Malaisie

4. Ne vous séparez pas de vos pulls !

En faisant ma valise pour venir ici, j’ai fait l’erreur de ne pas mettre de vêtements à manches longues en pensant :

« de toutes façons il fait 30 degrés toute l’année, je n’aurais pas besoin de mes pulls ! ».

Même si le Malaisien vit à 200 km de l’équateur, il est couvert de la tête au pied et passe la majeure partie de son temps dans des endroits climatisés à 20 degrés : voiture, centre commercial, lieu de travail.

Je ne compte plus le nombre de fois où je suis ressortie gelée du travail. 😨

Femme dans un igloo

5. Préparez-vous à travailler pour la gloire lors de votre préavis

Je crois que c’est le point le plus épineux de cet article. En Malaisie, votre employeur peut vous retenir jusqu’à vos 3 derniers mois de salaire. La raison invoquée est que l’entreprise doit anticiper le règlement des taxes que vous devez au gouvernement, plus d’autres coûts que l’employeur se réserve le droit de vous retenir. En théorie, l’employeur devra vous reverser votre salaire allégé des taxes sous un délai qu’il lui plait.

En France, lorsque l’on quitte un emploi, c’est plutôt l’inverse : le dernier salaire est avantageux avec la paye en avance des primes, intéressement, bonus, congés payés non posés, etc… En Malaisie, non, il faut se préparer à vivre et aller travailler sans recevoir de salaire et potentiellement pendant 3 mois !

Autrement dit, prévoyez une bonne avance sur votre compte bancaire pour pouvoir subvenir à vos besoins quelques mois avant votre démission.

J’avoue que je n’ai pas encore réussi à savoir s’il s’agit d’une loi malaisienne classique ou s’il s’agit de notre contrat qui dispose de conditions particulières… Si quelqu’un peut m’éclairer !


Que vous vous apprêtez à  partir ou même à prendre la décision de tout quitter pour la Malaisie, j'espère que ces quelques retours pourront vous être utile ! L'article est assez négatif mais il y a aussi beaucoup de points positifs que nous apprécions. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.