Cameron Highlands : une bouffée d’air frais

Cameron Highlands en Malaisie

Après 4 mois passés dans l’agitation et la chaleur étouffante de Kuala Lumpur, la fraicheur et la verdure des Cameron Highlands nous ont fait beaucoup de bien. La région nous en a rappelé une autre qu’on connaît bien : les Vosges 😄

De Kuala Lumpur au Cameron Highlands by bus

Le voyage en bus se fait très bien depuis Kuala Lumpur (Gare routière TBS) en un peu plus de 4 heures. Les sièges s’inclinent, sont larges et confortables. Je conseille fortement le bus, car il y a environ 2 heures d’autoroutes et 2 heures de routes très sinueuses dans les montagnes. Certaines sections ne laissent pas la place à deux voitures pour se croiser. Il y a même des panneaux de signalisation qui invitent les conducteurs à klaxonner avant de s’engager dans un virage. Bref, après avoir retenu mon souffle plusieurs fois, j’ai préféré finir le trajet en fermant les yeux. 😆

Les Cameron Highlands à la saison des pluies, ça passe ou ça casse

Et malheureusement pour nous, c’était plutôt « ça casse ». Nous sommes partis fin décembre, période supposée être la fin de la saison des pluies. Sur 3 jours, nous avons eu 2 jours de pluie. La saison des pluies au Cameron Highlands n’a rien à voir avec celle de Kuala Lumpur. A KL, dans 90% des cas, il fait beau le matin et à partir de 15h, la pluie menace mais ça ne dure pas longtemps, 1h tout au plus. Au CH, la pluie peut tomber dès le matin et régulièrement dans la journée.

Le premier jour, nous avons dû attendre plus d'une heure dans une église que la pluie se calme pour rentrer à l’hôtel. Mes enfants n’avaient jamais passé autant de temps dans une église 🤣 . Et bien sûr les questions gênantes qui vont avec : « Et Maman, pourquoi le Monsieur il a des clous sur les mains et les pieds ? Et pourquoi il est couvert de sang ? » 🙄

Tanah Rata : la ville dans la montagne

Nous avions pris un bon hôtel (Avillion) dans la ville de Tanah Rata, à 5 minutes à pied de la gare routière. En soi, la ville n’a pas vraiment d’intérêt : une rue principale bordée de restaurants et d’agences touristiques. Notre hôtel était dans un centre commercial dont la grosse majorité des emplacements étaient fermés. On remarque aussi beaucoup d’hôtels en construction.

Tanah Rata aux Cameron Highlands
La ville de Tanah Rata dans les Cameron Highlands, vue de l'hôtel

 

La ville arbore quelques restaurant indiens dont la nourriture est bonne et pas chère. Je conseille particulièrement de gouter aux naans aux fraises et au miel, délicieux ! Ainsi que les fameux Steamboat : une soupe dans laquelle on fait nous même cuire tout ce qu'on veut dedans : crustacés, viande, légumes, pâtes, etc !

Pas de Grab ??

Une fois arrivée dans la ville, on s’est vite senti « prisonnier ». En effet, l’application « Grab » n’est pas disponible dans cette région. La raison ? Probablement pour faire marcher les agences touristiques et taxis locaux qui eux sont chers et moins pratiques. En effet, il faut aller les chercher à la gare routière. Avec le recul, on se dit que probablement on aurait dû louer une voiture sur place sur une journée. Cela nous aurait permis de se sentir plus libre de visiter les alentours, autrement que par une agence.

En revanche pour visiter la mossy forest à 2 000 mètres d’altitude, il est recommandé de passer par une agence. La route est tellement en mauvaise état qu’elle n’est accessible qu’en 4x4.

4x4 pour aller dans la mossy forest aux Cameron Highlands
Vieux 4x4 qui nous a emmené dans la mossy forest à 2 035m d'altitude

Passage obligé : le tour organisé

Nous avions réservé la matinée avec une agence, départ à 8h45, retour à 13h. Le 4x4 est venu nous chercher à notre hôtel. Nous avons visité avec un autre couple : la mossy forest, les fameuses plantations de thé de Boh, une culture de fraises et une ferme aux papillons et d’autres insectes en tout genre.

 

La mossy forest (ou forêt dans la brume) à 2035m d'altitude

Si vous faîtes la mossy forest pendant la saison des pluies, surtout emmenez bien des chaussures qui ne craignent rien ! Nous sommes ressortis de là avec nos chaussures et jambes couvertes de boues. Très chouette pour commencer la journée. ☹

 

La plantation de thé "BOH"

Les cultures hors sol de fraisiers

Le point négatif du circuit est qu’on est bien loin du calme et de la sérénité que pourraient faire croire les photos. Les voitures font la queue pour s’arrêter sur LE point de vue des plantations de thé. Une fois garées, elles déversent un flot de touristes prêts à prendre la même photo puis à repartir aussi vite. Les 4x4 des agences touristiques nous ont déposé à 11h à la plantation de thé en nous laissant 1h pour visiter. C’était une fausse liberté puisque tous les touristes font le même parcours fléché : de la visite de l’usine en passant par le magasin jusqu’au chemin piéton qui amène au parking dans lequel vous attend votre 4x4.

Les chemins de randonnée

Il existe une dizaine de chemins de randonnée à faire dans la jungle pas très loin de Tanah Rata. Pour notre part, nous avons tenté le chemin n°4 qui amène à des chutes d’eau. Le côté pratique est qu’il part directement depuis le centre-ville. En une heure, le tour était fait, un avantage lorsqu’on a des enfants et qu’on ne sait pas comment va évoluer le temps. La ballade dans la jungle était sympa : jalonnée de ponts suspendus, très bien indiquée.

Cameroun highlands randonnée numéro 4
Chemin de randonnée n°4 au Cameron Highlands

 

En raison des conditions climatiques, nous n’avons pas tenté les autres chemins de randonnée.

J'ai été un peu déçue par le côté non entretenu de la jungle. Des monceaux de bouteilles en plastique s’entassaient en bas de la cascade. Dommage qu’ils ne prennent pas plus soin de leur pépite, au risque de la perdre et les touristes avec.

Pour conclure, les Cameron Highlands sont parfaites pour déconnecter de la ville et respirer un peu d’air frais. En revanche, ne pas s’attendre à être seul au monde à visiter les plantations de thé comme bon vous semble. Et si c’était à refaire, nous ne partirions pas à la saison des pluies !

Articles similaires

One Reply to “Cameron Highlands : une bouffée d’air frais”

  • Oui, les tours, j’en avais pris un pour découvrir la rafflésia…Cela valait le détour !Et c’est vrai que la « jungle » n’est jamais loin de cette saignée ouverte qu’est l’autoroute qui traverse les Cameron Highlands.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *