La décision de tout quitter

Beaucoup de portes symbolisant un choix difficile

Partir ou rester ?

panneaux de direction indiquant les choix dans une vieBien sûr, nous ne sommes pas partis sur un coup de tête ou à l’aveugle, nous avions murement réfléchi ce choix qui comportait bien des points positifs et d’autres négatifs. Je ne vais pas vous les lister ici car ils sont propres à chacun.

Pour nous aider dans ce choix difficile, j’ai fait un tableau avec 2 colonnes : « partir en Malaisie » et « rester en France » et en ligne les critères du type : environnement, logement, aspect financier, expérience de vie, épanouissement, découverte, voyages, possibilité d’investissement, part d’inconnu, etc. Une note allant de 1 à 3 pondère chaque critère selon l’importance qu'on y accorde. Il ne me restait plus qu’à remplir le tableau avec des notes allant de 1 à 5 et à compter les points ! (Ok vous l’aurez deviné je suis très cartésienne). Mais c’est un outil très pratique qui aide à prendre des décisions lorsque le choix nous parait difficile. Essayez, vous verrez ! Je vous laisse deviner le vainqueur 😉

Les raisons du départ

Nous avos pris la décision de tout quitter pour vivre dans un autre paysNous nous sommes posés la question de partir avant tout car mon conjoint a eu une opportunité de travailler en Malaisie. Oui nous ne sommes pas mariés et ne pas être mariés et avoir des enfants dans un pays musulman c’est limite criminel mais j’y reviendrais ! Il est ostéopathe salarié dans une boite montée par un français OneOsteo. Apparemment, le métier d’ostéopathe n’est pas vraiment connu en Asie du sud-est et il y a donc du potentiel (malgré ce qu’on pourrait croire avec leurs nombreuses médecines parallèles).

De plus, OneOsteo ouvre une école d’ostéopathes en Octobre 2018 et les osteo donneront des cours dans cette école ce qui a fortement pesé en positif dans le choix de mon conjoint de partir. De mon côté, cette même boite m'a proposée de travailler à mi-temps pour m'occuper du développement côté digital marketing. Cette dernière proposition nous a  convaincu tous les deux de partir ! Quoi demander de plus ? Ah si je sais, des congés supplémentaires 😉

Statut local

Une chose importante que je n’ai pas précisé, c’est qu’on est parti « en roue libre ». Je veux dire par là qu’on a tous les 2 un contrat local et non un statut d’expatrié avec tous les avantages qu’il y a autour (le déménagement organisé, les écoles payées, le logement trouvé et payé, etc). On a donc dû se débrouiller tout seul pour à peu près tout (même si notre boite s’est occupée de la partie administrative pour nos permis de travail) : déménagement, recherche de logement, inscription des enfants à l’école, ouverture compte en banque, etc. C’est ce qui fait que cette expérience peut profiter à chacun ayant le même projet que nous, je vais essayer d’expliquer tout ce que nous avons fait et les « galères » que nous avons rencontrées pour que vous puissiez les anticiper !

questions, doutes

Vous hésitez encore ?

Pour ceux qui souhaitent se lancer sans travail en se disant « on cherchera sur place ça sera plus simple», j’ai eu plusieurs sons de cloche. Disons que personnellement, je ne l’aurais jamais fait car nous avons des enfants et donc des responsabilités (l’inscription à l’école coute notamment assez cher) mais célibataire ou en couple, pourquoi pas.

Effectivement, la Malaisie est un pays assez facile à vivre. Au quotidien, on peut s’en sortir pour vraiment pas cher à condition de ne pas être trop exigeant. En revanche trouver du travail semble être un peu plus difficile. Apparemment, une boite malaisienne qui recrute un étranger doit justifier auprès des autorités pourquoi cet étranger doit occuper ce poste et non un malaisien ce qui complique un peu les choses. Ils ont une politique d’emploi qui favorise l’embauche des malais plutôt que des étrangers. Donc en gros il y a certains secteurs qui recrutent bien les étrangers (notamment le marketing, l’informatique, le pétrole et certainement d’autres que je ne connais pas) et d’autres beaucoup moins.

Les motivations

Sans hésitation, le point positif qui nous a le plus motivé à partir est le désir de vivre « autre chose ». Comme on se le dit souvent, rien ne nous poussait à quitter les Vosges. Nous avions tous les 2 un emploi qui nous plaisait, des amis, une jolie maison, un environnement agréable, de bonnes activités mais on se laisse vite entraîner dans une spirale de routine. Je pense qu’on avait envie de sortir de cette zone de confort pour vivre une nouvelle aventure (j’ai l’impression de parler comme les gens qu’on voit dans Koh Lanta lorsqu’il parle de leur « Aventure » 🤣). Alors oui il y a eu des hauts et des bas mais maintenant avec le recul ça valait carrément le coup, et si c’était à refaire je le referais sans hésiter !

2 Replies to “La décision de tout quitter”

  • Bonjour la Tribu !Quel plaisir de parcourir votre blog !Je viens d’accepter un emploi en Malaisie (contrat local également) et à première vue, la population d’expatriés français est peu nombreuse. Mais lire vos articles me conforte énormément dans ce choix. Au plaisir de vous croiser peut-être un jour et bonne continuation !

    • Bonjour « Tantance », Merci pour votre message ! Oui je pense aussi que vous avez fait le bon choix 😉 La Malaisie est un pays facile à vivre. Avec plaisir pour vous rencontrer, pourquoi pas ! Bon voyage alors !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.