Démarches administratives : s’armer de patience !

Papiers, documents en pile

Aujourd’hui, je vais me permettre de pousser un (petit) coup de gueule sur les administrations malaisiennes. Attention, ne vous méprenez pas, c’est juste des petites choses qui m’ont énervé sur le coup. Ça n’enlève en rien à ce que je pense toujours de ce pays !

Nos déboires avec la banque

Honnêtement, plein de sites « officiels » regorgent d’informations sur l'ouverture d'un compte en banque en Malaisie. J’aurais pu faire un copier/coller de toutes les formalités nécessaires mais je préfère vous faire part de mon expérience personnelle plutôt chaotique.

Le visa de travail : le graal !!

Pour ouvrir un compte en banque en tant qu’étranger résident en Malaisie, il faut le permis de travail. Pour avoir ce permis de travail, le passeport doit être remis à l’ambassade pendant plusieurs jours pour qu’il le tamponne et ajoute le permis de travail en question. Autant dire qu’il faut être patient ! Parce que tout ça se fait dans des délais relativement corrects : 5 jours pour le permis de travail et 1 journée pour l’ouverture du compte. Mais c’était sans compter sur tous les « public holidays » que comptent ce beau pays ! Nous sommes arrivés le 21 Aout en Malaisie, et avons ouvert le compte bancaire le 13 septembre, soit bien 3 semaines de délai pour tenir sans compte bancaire. Mon conseil est donc de prévoir donc une grosse somme d’argent en liquide quand on arrive dans le pays !

Reconstruire une nouvelle vie coute cher

En effet, il y a rapidement beaucoup de choses à payer et ça c’est sans compter les deposit (caution en français). Il y a des deposit pour tout, si bien qu’on ne sait plus où on en a laissé.  Il y a notamment les deposit pour les écoles des enfants (9000 RM (1900€) juste pour l’école de Camille), et surtout celui de l’appart : 3 mois de loyer !! Soit 2600 euros. Ensuite, il y a tout le reste : le loyer, les meubles, les écoles, l’assurance santé, les restaurants, les courses, le grab, etc… Pour notre part, nous étions partis avec 8 000 euros en espèces et on n’était pas large !

Ouhlala je m’égare, j’étais partie sur l’ouverture d’un compte en Malaisie et j’ai dérivé sur les dépenses, désolée ! Bref, nous avons passé 2h dans une agence avec les enfants pour ouvrir un compte. On est loin de la démarche facile d’ouverture d’un compte bancaire en ligne. Nous avons du expliquer au personnel voilé que nous souhaitions un compte joint mais que NON nous n’étions pas mariés et que OUI nous avions quand même 2 enfants 🙄. Puis rempli au moins 6 fois les mêmes informations sur des formulaires différents. Nous voilà enfin armés d’un numéro de compte et de deux cartes de débit ! Ouf !! Attention, ici un compte bancaire classique s’appelle un « saving account » et non un « current account » contrairement à ce que la traduction pourrait laisser croire !

Je vais enfin pouvoir faire chauffer la carte bleue !

Je pensais bêtement que je pourrais faire des achats en ligne avec ma nouvelle carte, payer l’école des enfants, retirer de l’argent ? Ahah ça aurait été trop facile ! Après m’être acharnée sur le paiement en ligne d’un site de booking d’hôtels, j’ai appelé ma banque. Bien sûr, il ne savait pas me répondre directement en ligne, j’ai donc dû y passer directement. Je vous la fais en Français « Ah mais Madame, toutes vos limites de retrait, paiement, transfert sont à 0 !! » « Mais pourquoi elles sont à 0 » ? Si j’ouvre un compte, c’est pour m’en servir non ?! » Elle n’aurait pas pu m’expliquer ça la première fois que je suis venue 😡. Bref, sur ce malentendu, elle me montre sur une machine comment modifier toutes ces limites.

Un sentiment d’injustice 😟

Mais ce n’était pas fini. L’autre jour, j’ai voulu faire un virement pour payer les frais de scolarité de Camille. Je m’acharne encore une fois sur leur site avec toujours un message d’erreur comme quoi je dépasse la limite autorisée. Après échange avec leur support, j’apprends que le traitement administré aux étrangers n’est pas le même que celui des Malais. Les Malais ont le droit de transférer au max 30 000 RM par jour alors que les étrangers seulement 10 000. Pourquoi ?

Ce n’est pas la première fois que je remarque ce genre de traitement différent entre malais/étrangers : pour notre assurance santé, nous avons pris un forfait basique. Notre conseiller nous apprend qu’un Malais ayant pris le même est couvert pour ses déplacements à l’étranger alors que nous non. Autrement dit, nous ne sommes pas couverts pour nos voyages en dehors de la Malaisie. Pourtant, nous payons nos impôts dans le pays, nous travaillons, tout comme eux… j’ai comme un sentiment d’injustice ! 😟

Retirer de l’argent à un distributeur : mais c’est quoi tous ces gens ?

Un samedi matin, nous avions décidé d’aller dans un centre commercial pour changer des RM contre des baht thaï pour voyager en Thaïlande. Incroyable : 3 distributeurs et une queue de 15 personnes devant chaque distributeur ! Ça c’est la première peine. La 2e c’est de refaire la queue à un autre guichet avec 20 autres personnes devant nous pour changer l’argent retiré juste avant 😖.  Et dire qu’en France, quand on a 3 personnes devant soi à un distributeur on râle 😁.

Clients faisant la queue a un distributeur de banque

Faire un virement d’un compte français sur un compte malaisien

La galère ! Ma mère et ma belle-mère pourront en attester 😉. Nous avions beau avoir fait toutes les démarches le plus rapidement possible, nous avons vécu pendant 1 mois sur l’argent en espèces ramené de France. Les démarches sont très très longues. Bon je n’ai peut être pas eu de chance avec ma banque française qui m’a bloqué mon compte dès que j’ai voulu initié le transfert. J’ai donc eu quelques jours de retard avant de débloquer les fonds. Mon conseil est donc de prévenir sa banque en France que l'on va initier un virement vers la Malaisie quelques jours plus tôt ! La veille du jour où nous avons reçu le transfert, il nous restait 10 RM sur le compte (2,20€). Nous n’avons jamais été aussi pauvre 😅.

Je fais une aparté sur TransfertWise : application très utile lorsqu’on souhaite virer de l’argent d’un pays à un autre à moindre frais. Il s’agit d’effectuer un transfert depuis son compte français vers un compte en Allemagne appartenant à TransferWise. Eux s’occupent ensuite de transférer l’argent sur le compte en Malaisie. Pour ma part, cela a mis 7 jours, donc bien prévoir de l’argent de côté en attendant que le transfert ait lieu. Quelques jours plus tard, j’ai refait un transfert par TransfertWise et le délai « normal » est plutôt 4 jours (quand tout se passe bien).

Allez une petite dernière mésaventure !

Mi-Octobre, nous avons fait un virement à un voisin (honnête) de 500 RM (110€) pour l’achat d’un frigo. Un mois plus tard, le voisin nous dit qu’il n’a toujours pas reçu l’argent alors que nous avons bien été débité, reçu le sms de confirmation. Alors il est passé où cet argent ? Réponse de ma banque préférée : « ah ba le virement a bien été effectué, ce n’est plus de notre ressort ! » 😡

Pour ne pas la citer, nous sommes à la Maybank, vous l’aurez compris, je la recommande chaudement 😉

S’inscrire aux impôts

« S’inscrire aux impôts ? Mais pourquoi donc ? Quelle idée ! Ils nous retrouveront bien ! »

Oui c’est la réaction que nous avons eue quand on nous a dit d’aller nous enregistrer en tant que « payeur de taxes ». Les français, nous avons tendance à beaucoup critiquer l’administration française par son côté archaïque, lent, procédural mais ce n’est rien à côté du LHDN (Lembaga Hasil Dalam Negeri, le centre des impôts en Malaisie). A l’entrée, on trouve beaucoup de bâtiments sombres. Aucune information en anglais sur où se rendre. Lorsqu’on demande à des personnes semblant travailler ici, celles-ci se tournent vers d’autres jusqu’à trouver une personne parlant anglais. 1 ascenseur sur 6 fonctionnait ! Quand finalement, nous arrivons devant 6 petits bureaux, un homme vient à nous ne parlant quasiment pas anglais. Bref au bout d’une heure, on a finalement réussi à dégoter un numéro fiscal. J’espère ne jamais avoir à y retourner. 😱

Ce n’est déjà pas drôle d’aller s’enregistrer avec les 2 enfants pour payer des impôts. Mais ajoutez à cela les pluies torrentielles (bien sur nous n’avions pas de parapluie) et le manque complet d’informations en anglais sur où aller, j’avais très envie de renoncer !

C’est un peu toute la contradiction de ce pays. Sur certains aspects, il est à la pointe des nouvelles technologies. Certaines démarches semblent simples, les tours hyper modernes poussent comme des champignons et à l’inverse on trouve encore des côtés très archaïques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.