Le côté sombre de la Malaisie

photo sombre de minarets

Depuis que j’ai commencé ce blog, j’ai eu tendance à décrire la Malaisie comme un pays agréable à vivre. Effectivement, la vie paraît facile et tout est accessible. Cependant, lorsqu’on gratte un peu, on se rend compte que tout n’est pas tout rose…

A la rédaction de cet article, je me suis efforcée de ne pas donner de jugement. Et en me relisant, je me rend compte que rien que dans le titre, on peut comprendre mon opinion ! Mettons les choses au clair, je ne critique pas la religion musulmane, je dis juste que ce n’est pas ma culture. Pour une occidentale comme moi, certaines choses peuvent choquer. Maintenant, je suis sûre que certains d’entre vous y trouveront des points positifs et tant mieux ! C’est l’esprit de la Malaisie : l’ouverture et la tolérance envers les autres religions.😉

Un pays à majorité musulmane à double justice

D’abord, il faut savoir que le pays est à majorité musulmane à 61 %. Le reste de la population se répartit entre bouddhistes (20 %), chrétiens (9%) et hindouïstes (6 %).

Ensuite, la constitution de Malaisie prévoit un système unique de justice double :  un musulman sera jugé par le tribunal de la loi islamique (les lois de la charia) pour les affaires morales et religieuses alors qu’un non musulman sera jugé par le tribunal civil. Ce système privilégie les musulmans lors de conflit avec un non musulman car on ne permet pas aux non-musulmans de comparaître, pas même pour argumenter leur propre cas.

Les malais naissent musulmans, pas de conversion possible

Les Malais sont par définition musulmans, c’est d’ailleurs inscrit sur leur carte d’identité. La Constitution définit un « Malais », entre autres, comme « une personne qui professe la religion musulmane ». La conversion est interdite aux Malais parce que, comme ils sont supposés être musulmans, ils n’ont pas le droit de quitter leur religion, ce qui serait un crime en vertu de la loi. 

Alors comment font tous ces étrangers qui tombent sous le charme des malaisiennes ? Pour la plupart, ils vivent dans l’illégalité. En effet selon la loi sur les infractions pénales de la charia, les musulmans ne peuvent pas se trouver en présence d’un membre du sexe opposé qui n’est pas son conjoint ou un membre de sa famille, dans un lieu isolé, une maison ou une chambre. Toute personne qui se trouve en situation « immorale » ou qui est soupçonnée de commettre des « actes immoraux » s’expose à une amende de 3000 RM (environ 630€) et/ou à deux ans d’emprisonnement. La seule issue légale pour eux est de se convertir à l’Islam.

La Malaisie, le pays de la liberté d’expression ? 🤨

En 2018, Reporters sans frontières place la Malaisie au 145e rang de son classement mondial de la liberté de la presse et de la liberté d’expression. Pour vous situer, la France se place en 33e place et en dernier, on trouve sans surprise la Corée du Nord (180e place). La place de la Malaisie montre le côté autoritaire du régime. En effet, les libertés civiles et les droits politiques sont assez restreints.

Selon wikipédia, la Malaisie a l’une des formes de censure des médias les plus strictes au monde : près d’une centaine de films ont été interdits au cours de cette décennie sous prétexte de défendre la moralité. La pornographie, sous toutes ses formes (magazines, livres, sites internet, films) est interdite. Voici le joli message qui s’affiche lorsque l’on tente d’accéder à des sites bloqués :

Page de censure lorsqu'on essaie d'accèder à un site bloqué

Pour une raison que j’ignore, certains fournisseurs d’accès à internet sont soumis à la censure et d’autres pas. Par exemple, Times permet l’accès à tous les sites alors que Maxis restreint l’accès.

Le Kelantan, un état du nord-est de la Malaisie à 95 % musulman, est un bastion du conservatisme. Les cinémas et les discothèques sont interdits, les files d’attentes dans les supermarchés ne sont pas mixtes et les couples se tenant la main peuvent être condamnés pour « indécence en public ».

Je me souviens avoir eu une conversation avec un chauffeur de Grab sur la religion. Il nous a dit être choqué lors de son voyage en Europe lorsqu’il a aperçu sur le quai de la gare deux personnes s’embrasser. C’est vrai qu’ici, je ne crois pas avoir déjà vu 2 malais se tenir la main ou même se donner un geste d’affectation en public.

L’homosexualité est condamnée par des sanctions humiliantes.

Le code pénal de Malaisie interdit la sodomie hétérosexuelle et homosexuelle par des châtiments de vingt ans de prison ou par des amendes et des coups de fouet.

Vous avez peut-être entendu ce fait divers récent arrivé en Septembre 2018. Le tribunal de l’état de Terengganu (état très conservateur dans le nord de la Malaisie) a condamné 2 femmes ayant eu des relations sexuelles dans une voiture, à recevoir 6 coups de bâtons et à payer une amende de 3 300 RM (690 €).

Autre fait assez surprenant, en 2017, le ministère de la Santé a lancé sur son site un concours de vidéos de propagande contre l’homosexualité. Ces vidéos devaient mettre en scène des « pratiques de vie saine ». Le ministère de la Santé offrait jusqu’à 1 000 dollars à celles qui ont été le plus efficaces pour « éviter » l’homosexualité. Le concours était ouvert aux jeunes de 13 à 24 ans, lesquels avaient pour consigne de montrer « les problèmes et les conséquences » de l’homosexualité, définie par le site du ministère comme une « confusion des genres ». Le but était de « prévenir l’homosexualité, de la contrôler, et d’obtenir de l’aide ».

En 2007, le ministère de la santé malaisien refuse de soutenir l’usage de préservatifs pour prévenir la transmission des MST. Cette décision s’explique par le fait qu’une telle campagne conduirait à considérer que le gouvernement soutient les relations sexuelles en dehors du mariage.

Pourtant, les chiffres officiels parlent d’un taux de personnes atteintes du VIH environ similaire à celui de la France (0,4% de la population est atteint du virus).

Le mariage des enfants

Difficile à croire mais en Malaisie, la loi autorise le mariage des enfants à condition qu’un tribunal religieux ait donné son aval.

En Juillet dernier (2018), le mariage entre un commerçant prospère de 41 ans (qui a déjà deux femmes) et une fillette thaïlandaise de 11 ans a suscité l’indignation générale. Malheureusement, cela est loin d’être un cas isolé car, selon les organisations défendant les droits des enfants, près de 16 000 malaisiennes de moins de 15 ans sont mariées aujourd’hui.

Cela dit un espoir se profile à l’horizon pour les jeunes filles de Malaisie : le nouveau gouvernement malaisien élu en mai dernier, dit « non » au mariage des enfants. Il souhaite que l’âge minimum du mariage à 18 ans soit respecté selon la loi sans permettre d’exceptions.

La polygamie

Il m’est déjà arrivée de croiser un homme accompagné de plusieurs femmes vêtues du niqab et de penser « cette homme-là est certainement polygame ». La polygamie est légale en Malaisie mais ne semble pas très répandue. Les hommes peuvent avoir jusqu’à quatre épouses, sous condition d’obtenir l’autorisation d’un tribunal islamique.

 


Voilà, je m’arrête là de peur de vous refroidir de venir vous installer en Malaisie ! 😉 Au quotidien, toutes ces choses ne se ressentent pas. C’est plutôt en discutant avec des locaux et en se renseignant sur les informations locales qu’on se rend compte de ce côté un peu particulier de la Malaisie.

Articles similaires

4 Replies to “Le côté sombre de la Malaisie”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *