Le plastique : Asie du sud-est, poubelle du monde

La Malaisie devient la poubelle plastique du monde

Une chose qui me surprend lorsque que je fais les courses est le rayon « fruits et légumes ». Ils sont quasiment tous emballés dans des barquettes en plastique, déjà pesés et étiquetés, prêts à mettre dans le caddie.

Est-ce par convenance ? Pourquoi ne peut-on pas choisir nos fruits et légumes dans un étalage en vrac ? Et surtout pourquoi cette sur-consommation de plastique ? Alors que dans le pays voisin (Thaïlande), des supermarchés utilisent des feuilles de bananier pour emballer les fruits et légumes.

Alors ça m’a inspiré un article : comment est géré le plastique en Malaisie ? La réponse n’est pas réjouissante…😟

Une bonne place dans un classement malheureux

Parmi les pires pays qui gèrent le plus mal le plastique, la Malaisie occupe la 8e place.

Classement des pires pays qui gèrent le plastique

Source : https://www.earthday.org/2018/04/06/top-20-countries-ranked-by-mass-of-mismanaged-plastic-waste/

La Malaisie est considérée comme l’un des pires pays au monde en matière de pollution par les plastiques. En effet, la plupart des plastiques sont déversés, une petite partie est brûlée et une très petite fraction est recyclée. En 2013, seulement 2% des déchets plastiques étaient recyclés.

La Chine décide de laisser sa place...

En Janvier 2018, la Chine prend la décision de cesser l’importation de déchets plastiques. Les pays de l’Asie du Sud-Est, notamment la Malaisie et la Thaïlande, ont saisies cette opportunité financière pour devenir les nouvelles destinations d’exportation du plastique recyclable. Ces déchets proviennent principalement des pays riches comme les États-Unis, Japon et Australie. Ça peut paraître surprenant, mais vendre et expédier ses déchets plastiques à l’autre bout du monde est plus intéressant que de les traiter localement. 🤔

Le problème c’est que ces pays ont rapidement été dépassés par le volume considérable que la Chine absorbait facilement. Une enquête menée par Greenpeace en Malaisie a révélé qu’une grande partie de ces déchets plastiques se retrouvent dans des installations, des dépotoirs et des décharges non réglementées, alors que d’autres sont brûlées plutôt que recyclés. Par ailleurs, la combustion des déchets plastiques pose un risque important pour la santé des communautés voisines. Certains résidents se plaignent déjà de maladies respiratoires qui seraient causées par la fumée et la pollution provenant de la combustion à l'air libre de ces déchets.

La Malaisie, principal poubelle du monde 😨

En quelques mois à peine, la Malaisie est devenue le plus gros importateur de déchets de plastique au monde. Elle importait un volume deux fois supérieur à celui de la Chine et de Hong Kong. Entre le premier semestre de 2017 et le premier semestre de 2018, le Vietnam a vu ses importations de déchets de plastique doubler. De même, ses expéditions vers l'Indonésie ont augmenté de 56%, selon les données du FT. Le pays qui a connu la plus forte augmentation en pourcentage est la Thaïlande, où les importations ont bondi de 1 370%.

De janvier à juin 2018, la Malaisie a reçu des centaines de milliers de tonnes de déchets. Ces chiffres donnent le vertige : 215 000 tonnes des États-Unis, 115 000 tonnes du Japon, 95 000 du Royaume-Uni et 37 000 tonnes de l'Australie, selon les chiffres communiqués à National Geographic par le bureau de Yeo Bee Yin (ministre de l’Energie, des Technologies et Sciences, du changement climatique et de l’Environnement).

source : données commerciales rapportées par le Financial Times

 

Graphique représentant les flux d'import et export des déchets plastiques dans le monde

Source : https://www.ft.com/content/360e2524-d71a-11e8-a854-33d6f82e62f8

Ca vous tente un petit poisson au plastique pour dîner ?

Selon une étude de 2017, quinze des vingts cours d'eau qui charrient le plus de matières plastiques se trouvent en Asie. Parmi ces vingts cours d'eau, six se trouvent en Chine. L'Asie avait déjà de graves problèmes de pollution plastique. Cette dernière décision d’importer les déchets plastiques des pays riches en Asie ne fait qu'aggraver les choses.

Poids des plastiques provenant des rivières se deversant dans les océans
Poids des plastiques provenant des rivières se déversant dans les océans (2017)

Source : https://www.nature.com/articles/ncomms15611#f1

Une lueur d’espoir ?

Yeo Bee Yin est entrée au gouvernement il y a quelques mois seulement. Elle a été nommée après les élections nationales de mai 2018. Ces élections ont permis d'investir un nouveau parti au pouvoir, pour la première fois en 61 ans. Observer ce qu'elle décrit comme la « prolifération d'usines illégales » dans son pays l'a incitée à faire pression pour des réformes plus complètes et à rendre la Malaisie plus verte, avec zéro matière plastique à usage unique produite à l'horizon 2030.

Le gouvernement malaisien élimine progressivement les sacs en plastique, en commençant par les taxer. Pour ce pays de 32 millions d'habitants, dans lequel on estime une utilisation moyenne de 300 sacs plastiques par personne et par an (contre environ 80 pour la France), c'est un bon début. Yeo Bee Yin a également annoncé l'interdiction des pailles distribuées dans les restaurants malaisiens à compter de 2020.

Il reste encore un gros travail de sensibilisation et d'éducation des malaisiens à l'utilisation du plastique. En effet, adopter des solutions alternatives simples ne semble pas une priorité pour la population. Mais encore plus grave, jeter ses déchets plastiques dans une poubelle n'est pas forcément une évidence pour certains d'entre eux... ce sera l'objet du prochain article sur les Iles Perhentians : un endroit idyllique mais qui malheureusement ne le restera pas longtemps 😔.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.